Les 10 titres les plus repris de l’histoire

The Rolling Stones Magazine nous fait découvrir le classement des 10 chansons les plus reprises dans l’histoire de l’industrie musicale 

beatles

1)   Yesterday (1965)

Selon The Rolling Stones Magazine et Le Livre Guinness des records, « Yesterday », la 1ère chanson des Beatles dont l’enregistrement officiel a été joué par un seul membre du groupe (Paul Maccartney), est la chanson la plus reprise de l’histoire de l’industrie musicale, avec plus de 3 000 versions enregistrées.

Les reprises les plus connues sont celles d’Elvis Presley, Boyz II Men, Marvin gaye, Michael Bolton, Carla Thomas, The Bar-Kays, Marianne Faithfull, Ray Charles, Dandy Livingstone, Spirit, Jose Feliciano, Frank Sinatra, McFly

D’un rêve où Paul MacCartney découvrait une chanson toute faite, qu’il s’exalta de jouer dès son réveil au piano, « Yesterday » est devenue  l’un des titres les plus joués sur les ondes des radios du monde entier avec plus 7 000 000 de diffusions à l’antenne.

Découvrez la reprises de « Yesterday » par Marvin Gaye :

2)    Georgia on my mind (1930)

Composée par Hoagy Carmichael et écrite par Stuart Gorell, « Georgia on my mind » se place en deuxième position.

Ce titre a une grande signification historique, depuis que l’Etat de Géorgie l’a choisi comme hymne officielle en 1979 pour marquer la fin de la ségrégation et du racisme dans le sud des Etats-Unis.

Interprétée par une multitude d’artistes de renommée comme Art Tatum, Billie Holiday, Deep Purple, Django Reinhardt, James Brown, Louis Armstrong, Michael Buble, ou encore Willie Nelson, « Georgia on my mind » est beaucoup plus connue par la version de Ray Charles :

3)    My way (1969)

« My way », le troisième titre du classement, n’est tout autre que la version américaine de la fameuse chanson française « Comme d’Habitude », interprétée pour la première fois par Claude François. Après une première adaptation ratée de David Bowie,  c’est Paul Anka qui se déplace à Paris et décroche les droits pour sa maison de production américaine, déterminé à faire de son adaptation un succès mondial.

Pari réussi ! Tout d’abord, Paul Anka modifia le thème de la version originale, qui racontait l’histoire d’un couple se noyant dans la routine, et choisi alors de raconter la vie d’un homme mûr, accompli et pensif, en relatant les faits marquants de son existence. Ensuite, il proposa sa version à son ami Frank Sinatra, qui l’enregistra d’emblée.

Depuis, les reprises de  « My way » se sont succédés, en passant par Elvis Presley, Mike Brant, Nina Simone, Tom Jones, Engelbert Hhumperdink, Robbie Williams, Ray Charles, Nina Hagen, Sid Vicious, Luciano Pavarotti, jusqu’à Claude François lui même.

Découvrez la reprise de « My way » par Robbie Williams :

4)   (I Can Get No) Satisfaction  (1965)

«Satisfaction», sortie en 1965 dans l’album « Out of our heads » des Rolling Stones, est l’une des chansons pop les plus emblématiques des années 60.

En effet, le texte dénonce l’aliénation par la publicité et toutes les sortes de frustrations que peut engendrer la société de consommation. Les paroles, qui faisaient référence au sexe ou encore à la consommation de drogues, ont alors provoqué l’émoi chez les assoiffés de la musique et la presse de  l’époque.

Après s’être vendue à plus de 500 000 exemplaires à sa sortie, « Satisfaction » a été reprise par un  grand nombre d’artistes, notamment Jimmie Hendrix, Quincy Jones, Otis Redding, Bill Cosby, Buddy Guy, James Brown, Aretha Franklin, Laurent Voulzy, Manu Chao, Vanilla Ice … et la liste et longue !

Découvrez la reprise de «Satisfaction» par Bill Cosby :

5)  Blowing in the wind  (1963)

Sortie en 1963 dans le deuxième album de Bob Dylan  « Freewhilin’», « Blowing in the wind » est la première chanson d’importance du prophète de la folk.

Suite à une discussion d’ordre politique dans le café « Fat Black Pussycat », le Clochard céleste, comme l’appellent les intimes, trouva son inspiration et rédigea de suite les paroles qu’il présenta sous forme de question/réponse, et posa quelques notes de musiques.

Née dans un contexte de mouvement pour les droits civiques et de tensions au Viêt Nam, « Blowing in the wind » est devenue, l’hymne de toute une génération, tout en demeurant intemporelle.

Prototype de la chanson de protestation, « Blowing in the wind » inspira de nombreuses chansons de liberté au Nord des Etats-Unis, et fut reprise par de grands artistes. Nous en citons Joan Baez, Judy Collins, Elvis Presley, Janis Joplin, The Kingston Trio, Chet Atkins, Hugues Aufray, Richard Anthony, Sam Cooke, Neil Youg, Stevie Wonder, Ziggy Marley, Ben Sidran, ou Katie Melua.

Découvrez la reprise de « Blowing in the wind » par Katie Melua

6)  Johnny B.Goode  (1958) :

Si « Johnny B. Goode » n’est pas LE premier succès de son auteur  Chuck Berry, elle est considérée comme l’une des meilleures chansons rock de tous les temps !

La chanson raconte l’histoire d’un jeune garçon campagnard qui joue de la guitare comme un dieu.  Dès sa sortie en 1958, « Johnny B. Goode » a connu a succès fou aux Etats-Unis et de par le monde quelques années plutard.

La longue liste d’artistes l’ayant reprise en dit long sur ce succès: AC/DC, Carlos Santana, Sex Pistols, Aerosmith, The rolling stones, Elvis Presley, Green Day, Bad religion, The Beach Boys, The Beatles, The Blues Brothers, Blues Traveler, Marc Broussard, Mark Campbell, John Farnham, Freddie and the dreamers,  Elton John, Led Zepplin, Jimi Hendrix

Découvrez  la reprise de « Johnny B. Goode » par Jimmy Hendrix

7)  What a Wonderful World  (1967) :

Ecrite par Bob Thiele et George David Weiss, « What a wonderful world » a été enregistrée pour la première fois par Louis Armstrong en 1967.

Ses paroles, qui portent une vision très optimiste de tout ce qui nous entoure, sont très controversées. Entre ceux qui les décrivent comme la beauté du monde que chacun de nous pourrait délecter sans l’injustice, les guerres, et les malheurs de ce dernier ; et ceux qui les voient comme une pure ironie, leur opposé décrivant ce qu’est le monde réellement.

Mais en tout cas, de nombreux artistes ont repris la chanson en s’imprégnant cette vision optimiste ne serait-ce que pour quelques minutes. Nous en citons entre autre Eva Cassidy, Kenny G, Anne Murray, B. B. King, Tonny Benneth, Stevie Wonder, Céline Dion, ou encore Michael Buble.

La reprise la plus connue reste celle d’ Israel Kamakawiwo’ole, qui en a fait  un medley très réussi avec « Over the rainbow ».

8)   Ain’t no sunshine (1971)

Sortie en 1971 dans l’album « Just As I am » de Bill Withers, «Ain’t no sunshine» est un classique de la soul connu par toutes les générations qui ont suivit les années 70, et figure parmi la liste des chansons les plus diffusées sur les radios britanniques notamment.

Elle fut reprise par d’innombrables artistes, parmi lesquels on retrouve Al Green, Buddy Guy, Joe Cocker, Kenny Rogers, Michael Jackson, Paul McCartney, Ben Harper, ou encore The Jackson Five.

Elle aussi très reprise par la génération actuelle d’artistes. Nous avons choisi pour vous la version du talentueux  Justin Nozuka.

9)  Me and Bobby McGee (1969)

« Me and Bobby McGee » a été jouée pour la première fois par Roger Miller, qui en a fait un succès en 1969. La chanson a été ensuite reprise par Jonny Cash, Eddy Mitchell, Joan Baez, Johnny Hallyday, P!nk, Bobbie Gentry, Dolly Parton.

La version la plus connue reste celle de Janis Joplin, que l’artiste a enregistrée quelques jours avant sa mort en octobre 1970. Nous y retrouvons les paroles écrites par Kris Kristofferson – dont Janis était amoureuse tout au long de sa carrière – quelque peu modifiées, pour que l’artiste se retrouve mieux dans la peau de Bobby McGee.

10)  Killing me softly with his song (1972)

Composée par Charles Fox et écrite par Norman Gimbel,« Killing me Softly with his song » clôture ce classement.

Inspirée d’un poème intitulé « Killing me Softly with his Blues », la chanson a connu son premier succès avec Roberta Flack en 1973, qui a valut trois Grammy awards à l’auteur. En 1996,  c’est les Fugees qui feront revivre la chanson avec une version en tête des ventes en Grande-Bretagne durant plusieurs semaines.

Mis à part ces deux versions, de nombreux artistes tels que Frank Sinatra, Eva cassidy, Alicia Keyes, Marcus Miller, Joe Dassin, Anne Murray, Jackson 5, ou encore Gilbert Montagné.

On vous laisse avec la version assez spéciale de John Holt.

Laissez un commentaire

Commentaires

Selma Tber
Selma Tber

Chant - Rédaction

Non, la jolie brune que vous voyez n’est point latino-américaine, c’est plutôt de Meknès que cette voix suave provient to « take you for a ride on a big jet plane ». Selma est pleine d’ambitions et a toujours envie d’aller vers l’avant. Jammer entre amis ou même avec des gens qu’elle ne connaît pas est pour elle la plus belle source d’énergie. C’est justement grâce à ces rencontres que son amour pour la musique a grandit, et que sa culture musicale s’est développée. Cet amour pour la musique, elle l’a hérité de son père, qui lui en a révélé les bases, puis l’a laissée voler de ses propres ailes.

Le plus grand collectif marocain d'artistes indépendants
Suivez-nous sur
Newsletter