Malca, le casablancais groovy

« je me demande ce qui serait le plus drôle, moi chantant du chaâbi autotuné ou Aziz El Berkani groovant sur de l’electro pop … »

10862621_828548843895653_5998960450710750486_o

Qui d’entre vous ne connait pas notre chanteur préféré de chaâbi Aziz El Berkani? Mais, le voir danser sur un rythme funky est une première! Eh oui, Malca l’a fait pour son dernier clip « She Gets Too High », une pure merveille. Du groove et de la funk, tout y est pour faire de ce tube une pépite. Parisien de naissance, Malca a vécu 18 ans à Casablanca où il a commencé ses premiers projets musicaux. Dès son retour en France, il décida de se consacrer entièrement à la musique, et c’est là que la magie Malca commence. L’équipe Diapazone l’a interviewé pour vous faire découvrir ce personnage, son univers et ses projets musicaux.

1 – Qui est Malca ?

Malca se divise en deux entités. Il y a Malca à la première personne du singulier. Donc moi, qui suis un Casablancais au teint hongro-polonais, auteur/compositeur. Puis il y a Malca à la première personne du pluriel. Une équipe qui regroupe les personnes qui travaillent de près avec moi comme Mohamed Sqalli mon manager, ou Louis Sommer mon co-producteur musical, pour ne citer qu’eux.

2 – Ta dernière vidéo est assez atypique, d’où vient l’idée d’introduire des clips de chanteurs marocains de chaâbi ? Pourquoi El Berkani ? Un duo avec lui serait-il envisageable ?

Au départ, l’objectif était de fournir un support visuel à la musique. On voulait quelque chose de dansant et de festif. Assez rapidement, on s’est rendu compte que les dernières personnes qui s’amusaient réellement au Maroc étaient probablement les chanteurs (et danseurs) chaâbi. Ils s’affranchissent totalement des interdits que fait peser la société marocaine, à travers leur danse déchaînée et les thèmes abordés dans leurs chansons, sans aucun tabou. Aziz El Berkani est l’Elvis Presley de cette scène. On se devait donc de lui donner une place centrale. En ce qui concerne le duo, je me demande ce qui serait le plus drôle, moi chantant du chaâbi autotuné ou Aziz El Berkani groovant sur de l’electro pop … j’ai ma petite idée.

3 – Pourquoi chantes-tu en anglais et non en français ou arabe ?

Parce que les filles aiment ça.

4 – Quelles sont tes références musicales? A qui dois-tu ton style funky?

J’aime la funk mais cela ne représente pas toutes mes influences. Je suis passionné par la Black Music de toutes les époques. J’ai une préférence cependant pour la pop des années 80, j’aime les machines et les synthés. Je suis autant influencé par des artistes récents comme Kindness, Twin Shadow, Dev Hynes ou Frank Ocean que par des monuments comme Al Green, Stevie Wonder, Hall and Oates, Bowie ou Tears for Fears.
J’adore aussi les premiers albums de Madonna et de George Michael. Non, ne rigole pas, c’est très sérieux…

5 – Tes albums préférés de 2015 ?

J’attends beaucoup le nouveau Tame Impala, le nouveau Hot Chip, l’album de Honne… Pour les sorties avant mars rien ne m’a marqué pour le moment à part l’album de Father John Misty.

6 – Parles-nous un peu de tes projets à venir. Y aura-t-il des collaborations?

artworks-000109763444-dztldk-t500x500Notre premier EP est prêt, mais on attend tranquillement avant de le lancer. On va notamment enchaîner les concerts pendant les prochains mois (et quelque chose me dit qu’il y aura peut-être une escale à Casa). Par ailleurs, je vais rendre hommage tous les vendredis du mois de mai à la funk de Minneapolis en rejouant Prince and the Revolutions, The Time et d’autres, aux Disquaires à Paris.

Laissez un commentaire

Commentaires

Othmane JMAD
Othmane JMAD

Video - Son - Graphic & Web Design

Othmane a découvert sa passion pour la photographie il y a quelques années grâce à son amour pour les couleurs et les formes. Peu après, il s’est lancé dans la vidéographie où il a su développer son sens d’observation. Othmane est aussi un grand passionné de musique, notamment la musique électronique où il se produit sous le nom de “3xOJ” avec ses compositions et arrangements psychédéliques. Othmane c’est la spontanéité. Il est ouvert d’esprit et très attentif aux besoins de chacun. La responsabilité, ça le connait, et la famille Diapazone passe avant tout pour lui. Très affectueux et dévoué, il pense toujours au bien-être d’autrui.

Le plus grand collectif marocain d'artistes indépendants
Suivez-nous sur
Newsletter