Voyage en Inde: quand le folklore s’imprègne de la spiritualité.

Connue pour la diversité de sa culture et son histoire, tantôt poignante tantôt révolutionnaire, l’Inde est l’un des pays les plus spirituels du monde. Aux côtés de ses voisins, qui constituent le sous-continent indien.

Cette diversité s’est beaucoup reflétée sur l’Art indien en général et sur sa musique en particulier. Entre instruments atypiques et rythmes transes, la musique indienne regorge de tonalités multiculturelles. Il existe donc plusieurs écoles qui érigent cette grande académie qu’est la musique, et tous les dérivés qui en découlent.
Chaque région en Inde se caractérise par des règles musicales selon sa culture, son histoire ou encore, ses mythes. Au Sud on retrouve l’école carnatique. C’est une musique savante, basée sur un solfège appelé Sargam et une panoplie de notes appelées Sapta Svara (vu qu’elles sont du nombre de sept, comme dans le solfège occidental). Cette école englobe aussi des variétés de chants et des techniques de compositions, influencées par le spiritualisme de la région du Sud ainsi que l’histoire de ce bout de terre, assez simpliste, opprimé par la colonisation britannique.

Musical-Trinity

Quant à la région Nord de l’Inde, autrefois dominée par les sultans turco-afghans, détient ce coté plus raffiné de la musique. Avec l’école hindoustanie, influencée en majeure partie par la culture persane, avant l’entrée des Moghols, a fuis le cadre des temples religieux en devenant une musique de Cour. Une musique qui se joue en compagnie des grands hommes de l’histoire de l’Inde. Mélodieuse grâce au sitar et rythmée grâce aux tablas, c’est aussi la musique la plus connue et la plus répandue dans le reste du monde. Ses techniques sont simples, à l’instar de la culture qui elle est assez compliquée. En apportant leur savoir musical, les perses et les Moghols ne furent pas les seuls a influencer la musique de l’Inde du Nord. Les arabo-musulmans, aussi, ont eu leur mot à dire. Ils importèrent la musique soufi qui donna naissance au Dhrupad, un style de musique tantôt spirituel grâce au côté fixe qu’il contient (Dhru vient de dhruva et cela signifie « fix »), tantôt modernisable grâce au côté improvisations qui est de plus en plus modulable et nuancé.

maxresdefault (1)

L’étymologie indienne veut à la base que la spiritualité soit mère du folklore et ainsi, de l’Art lui-même. La musique indienne s’inspire donc de la divinité et s’applique dans un champ spirituel pur et contrasté par les rythmes qui régissent cette discipline. Le dieu Brahma a créé l’Univers, selon la religion hindoustani, par le son Ôm que l’on définit proche du son des tambours. Chose qu’on remarque très souvent la musique indienne, qui est pleine de rythmes et s’associe le plus souvent à des tambours de tous genres. Le tambour Dameru ou encore, Le mdirang en font partie. On associe ce dernier à Ganesh, fils de Shiva le dieu hindou du yoga qui lui même jouait au dameru. On appelait autrefois la musique indienne, la musique de temple et elle était autant sacrée que les écrits religieux. La musique de en Inde étant modale, connait beaucoup de sons harmoniques. Notamment grâce à la tampura (un instrument associé à la famille des luths) qui résonne les quartes et les quintes.

dhrupad-raga-musique-indienne-yogavedas

L’impact de la Culture qu’à ce pays sur son Art ne s’arrête pas à la musique seulement, mais aussi, au cinéma, à la danse ou encore, l’architecture. Dans le cinéma, on retrouve une grande touche de la culture qui veut que l’image soit colorée et gaie. La danse suit les mélodies rythmées et reste le moyen le plus utilisé pour exprimer sa joie. Quant à l’architecture, elle implique tantôt l’influence des civilisation passées par l’Inde (à sa voir l’Islam ou encore la culture kurde), tantôt l’influence religieuse par l’intégration des mandalas et des dessins spirituels des divinités hindous ou bouddhistes.

524e6a5835703eef3a0e2910

L’Inde est bien sûr un pays plein de diversité, mais aussi plein de contrastes. La partie Sud, reste un territoire de personnes simples et dévouées, assez attachées aux coutumes et à la spiritualité. Et, la partie Nord, est plus libérale. Elle incite à l’évolution de la musique par l’imprégnation des musiques occidentales ou encore orientales. Cependant, Nord comme Sur, l’Inde reste l’un des pays les plus mystiques et les plus savoureux côté Art mais aussi, côté culture. Sans oublier que la musique, ou les sons musicaux, comme source d’inspiration et d’appel au calme, influençaient beaucoup le spiritualisme. Notamment, au niveau du yoga qui est une vraie partie de relaxation pour le corps et pour l’esprit. Liant Art, Folklore, Culture et spiritualité.

Laissez un commentaire

Commentaires

Lyna Benzakour
Lyna Benzakour

Rédaction - Chant

Experte en finance et passionnée de lecture, Lyna écrit et compose ses propres chansons, à côté de celles qu’elle reprend à sa façon. Tout a commencé lorsqu’elle regarda pour la première fois le film « Titanic ». En effet, éblouie par la merveilleuse chanson de Céline Dion, elle essaya de l’apprendre alors que l’anglais lui était encore inconnu. Depuis, elle ne cesse de développer sa passion pour le chant et la musique. Lyna est aussi fascinée par les instruments de musique. Dès lors que sa mère l’aie inscrite au conservatoire pour apprendre à jouer du piano, ce dernier est devenu son instrument d’accompagnement, jusqu’à ce que la guitare la séduise encore plus. Cette amoureuse de l’art mérite le « Prix du membre le plus dynamique » puisqu’elle est avide de nouvelles expériences, dégage une énergie incroyable, et ne manque jamais de créativité.

Le plus grand collectif marocain d'artistes indépendants
Suivez-nous sur
Newsletter