Voyage au Japon: naissance de l’Awa Odori.

Parmi l’ensemble des « matsuri » (ou festival japonais), il en existe un qui est populaire dans tout le Japon, et même dans le monde : Le festival de Tokushima -ou festival d’Awa Odori-.

L’Awa Odori est née lors de l’achèvement du château de Tokushima qui se situe au sud du Japon. Quand le seigneur Hachisuka Lenasa ou appelé en japonais « Daimyō » (gouverneur fédéral), organisa de grandes libations en l’honneur de l’ouverture de son château. Il offrit du « Sake » à tous les habitants de la ville, et les participants se mirent drôlement à danser. Cette danse trouve aussi ses origines dans le mouvement nommé « Ee Ja Nai Ka » qui remonte à 1857, année pendant laquelle des protestations sociales/politiques et des démonstrations de danse ont eu lieu entre Juin 1867 et mai 1868.

Lorsque nous évoquons l’Awa Odori, le festival de Tokushima -ou festival d’Awa Odori– nous vient directement à l’esprit. Ce festival a toujours été marqué par des manifestations spectaculaires au Japon. C’est devenu, de nos jours, une tradition solidement établie d’où un nombre important de danseurs (près de 70 000 danseurs) se produisant chaque mois d’août devant près de deux millions de spectateurs curieux, japonais comme étrangers, dans une ambiance frénétique, faisant penser au carnaval du Brésil. Cet événement est réalisé par des amateurs que la passion a hissés à un niveau professionnel.

Tokushima_Awa_Odori

Par ailleurs, L’Awa Odori est nommée « Danse des fous », du fait du célèbre refrain de la chanson entonnée durant la danse : « Il y a des fous qui dansent et des fous qui regardent. Tant qu’à être fous, pourquoi ne pas danser ». Cette danse folklorique d’ambiance hystérique a pour fonction d’accueillir les âmes des ancêtres et d’honorer les morts de manière festive.

Ainsi, c’est tous les ans, du 12 au 15 août que se déroule la célèbre Awa Odori à la période du O-Bon qui est surnommée aussi « fête des lanternes » : fête bouddhiste pendant laquelle les gens des grandes villes reviennent à leur ville natale et s’occupent des tombes de leurs ancêtres, et où ces derniers allument également des lanternes afin de consoler les esprits des victimes tuées par le bombardement atomique.

IMG_9119

Les danseurs se rassemblent en groupes appelés « ren », qui se sont entraînés durant toute l’année afin d’être le plus harmonieux possible. Ils marchent et dansent en scandant « Yattosa, Yattosa ! » accompagnés par le rythme dynamique des instruments utilisés dans les temples pour prier le Bouddha, notamment : Les gongs, tambours, flûtes et les fameux Taiko (percussion japonaise). Les  femmes portent des chapeaux et de longues vestes ceinturées « yukuta » (Kimono d’été) aux couleurs délicates  et les hommes portent des happi, une sorte de yukuta plus court aux couleurs sobres.

Le festival Awa Odori est devenu tout simplement incontournable. C’est une occasion pour les japonais d’accueillir, de calmer et ensuite -selon leur culture- de raccompagner les esprits. Les performances sont en effet de véritables parties de plaisir pour les yeux comme pour les oreilles. Alors, si l’envie vous en prend, plongez donc, pour jouir de la beauté sans pareil de cette danse.

https://www.youtube.com/watch?v=LpG5qf9XtZk

Laissez un commentaire

Commentaires

Le plus grand collectif marocain d'artistes indépendants
Suivez-nous sur
Newsletter