L’BOULEVARD 2017 – JOUR 1 – REVIEW

La 1ère soirée du festival L’boulevard qui a eu lieu ce vendredi 22 septembre, a connu des concerts de qualité, avec un esprit fairplay entre rappeurs et adeptes de la culture hip-hop. Résultat: un public très agité mais comblé jusqu’au bout.

Une ambiance street -comme le veut le nom de ce festival- régnait au stade du R.U.C, dès l’ouverture des portes. Pendant que des groupes de gens se faufilaient entre les stands pour découvrir l’atmosphère décontracté du souk, d’autres se rassemblait pour former des cercles et se livrer à des battles de danse, sur les sons rythmés du DJ Sam Noise accompagné de Samados Maitoul. Ce dernier anime vite le public en lui demandant de se mettre torse nu, et un grand nombre s’y applique, juste avant de laisser la place au 2e prix de la compétition Tremplin : 3 jeunes rappeurs casablancais formant le groupe AFV. D’Stito, 1e prix du Tremplin, entre en scène peu après, accompagné de Adam Raougui aux platines et à la guitare électrique. Ensemble, ils jouent des morceaux plutôt sentimentaux, et gagnent les coeurs en mélangeant mélodies rock et paroles engagées. AFV rejoignent D’Stito sur scène, et dévoilent une amitié artistique sans égale ; fruit de l’esprit fairplay de la compétition Tremplin.

3

Plus tard, Proof G Killah s’empare de la scène, aux côtés de Sa3er Man et de Philo aux platines. Le public s’enflamme d’emblée. Et, depuis le début du festival, il réclame une nouvelle référence du rap marocain : 7liwa. Un nom qui se répète sans arrêt parmi ces jeunes, mais en vain. Aucune déclaration ni affirmation que ce rappeur sera parmi nous ce soir….30 minutes plus tard, le voilà sur scène pour interpréter son nouveau titre « Mimi ». Quelques fans prennent le risque, et se sauvent pour le rejoindre sur scène. Peu après, Lferda aussi se joint à l’équipe des jeunes rappeurs marocains qui font fureur en ce moment.

L'boulevard - Jour 1

Une belle ode au pouvoir de la femme dans la culture hip-hop s’installe sur scène juste après. Avec le fruit d’une résidence que 4 différents festivals de l’Afrique -dont L’boulevard-. Ce projet de co-création artistique orienté hip-hop, trouve un franc succès auprès du public. C’est un projet qui incite à la création et la production artistiques chez la femme, surtout dans un milieu aussi difficile que celui du rap. Ce groupe de femmes africaines est connu sous le nom de Jokko Fam et il a offert un spectacle unique, plein de force et d’engagement envers la cause féminine.

2

C’en est pas fini avec le rap 100% marocain ! Et cette fois-ci avec un vieil ami de la scène, un vénéré par les anciens…Masta Flow du groupe Casa Crew fondé en 2004, qui fait une entrée sensationnelle. Accompagné de Caprice (son acolyte de Casa Crew), d’un live band et du DJ Med aux platines, il nous rappelle que les anciens sont toujours en vie. Il invite à ses côtés Fat Mizzo qui joue son dernier morceau « Benzo ». Puis, il fait appel à J-OK pour raviver ensemble les bons souvenirs, interprétant les titres emblématiques du groupe Casa Crew, « Kayna Fawda » et « Zen9a Zen9a ». En dernier, le rappeur marrakchi Nessyou, vient aussi partager la scène et joue un morceau avant de donner le relais au groupe mythique du rap américain de la East-cost: M.O.P.

L'boulevard - Jour 1

22:00, M.O.P se fait attendre et on remarque l’arrivée d’un nouveau public, beaucoup plus sage. Quelques minutes plus tard, place au show! Ils s’installent, ayant une présence scénique incomparable. Passant de titres East-coast, à d’autres de la côte West, ils n’ont eu du recul devant rien. Ils exploitent aussi bien la scène que les registres de la musique en général. A un moment, « Three Little Birds » du grand Bob Marley, a résonné dans le stade du R.U.C, et ce fut un moment de pure joie qui envahissait l’espace. Les M.O.P ont, par ailleurs, avoué qu’ils ont beaucoup aimé la ville de Casablanca, et que le public de ce soir était just exceptionnel. Ils clôturent cette soirée avec le titre tant attendu, « Ante Up ».

L'boulevard - Jour 1

Laissez un commentaire

Commentaires

Lyna Benzakour
Lyna Benzakour

Rédaction - Chant

Experte en finance et passionnée de lecture, Lyna écrit et compose ses propres chansons, à côté de celles qu’elle reprend à sa façon. Tout a commencé lorsqu’elle regarda pour la première fois le film « Titanic ». En effet, éblouie par la merveilleuse chanson de Céline Dion, elle essaya de l’apprendre alors que l’anglais lui était encore inconnu. Depuis, elle ne cesse de développer sa passion pour le chant et la musique. Lyna est aussi fascinée par les instruments de musique. Dès lors que sa mère l’aie inscrite au conservatoire pour apprendre à jouer du piano, ce dernier est devenu son instrument d’accompagnement, jusqu’à ce que la guitare la séduise encore plus. Cette amoureuse de l’art mérite le « Prix du membre le plus dynamique » puisqu’elle est avide de nouvelles expériences, dégage une énergie incroyable, et ne manque jamais de créativité.

Le plus grand collectif marocain d'artistes indépendants
Suivez-nous sur
Newsletter